L’essentiel concernant le coeur pulmonaire chronique

Mode évolutif habituel des affections qui touchent l’appareil respiratoire (bronchopathie chronique, asthme, cypho-scoliose) ou l’artère pulmonaire (embolie), le coeur pulmonaire est caractérisé par :

  • des signes cardiaques : ils sont discrets et peu spécifiques (tachycardie régulière, éclat de B2 pulmonaire, quelquefois souffle systolique ou galop xiphoïdien, signe de Harzer)
  • des signes périphériques d’insuffisance  ventriculaire droite : cyanose des extrémités, turgescence des jugulaires, hépatomégalie avec reflux hépato-jugulaire, oedème des membres inférieurs.

Diagnostic

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Sur la radiographie, il faut rechercher l’hypertrophie du ventricule droit (soulèvement de la pointe, comblement de l’espace claire rétro-sternal ) et la dilatation de l’artère pulmonaire qui est souvent expansive.

L’électrocardiogramme montre une hypertrophie auriculaire et ventriculaire droites.

Hypertrophie ventriculaire droite

Hypertrophie ventriculaire droite

Il faut avouer que ce tableau n’est pas toujours très caractéristique et il est quelquefois bien difficile, surtout au stade initial, même pour un cardiologue entraîné, d’individualiser les signes proprement cardiaques au sein de la scène d’insuffisance respiratoire.

 

L’épreuve thérapeutique (diminution de la dyspnée et de la tachycardie par le traitement digitalo-diurétique) peut fournir un augment de valeur.

Traitement

Le traitement est double :

  • digitaliques, diurétiques, régime désodé contre l’insuffisance cardiaque
  • antibiotiques et corticoïdes contre l’infection pulmonaire surtout lors des poussées

Il faut proscrire les opiacés et les bêta-bloquants.

Ajouter un commentaire