Le traitement de l’hypertension essentielle

Lorsqu’aucune cause ne peut être mise en évidence, on parle « d’hypertension essentielle », dont le traitement est actuellement bien codifié : en voici les grandes lignes.

Hypertension légère

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment


Le traitement diurétique est le premier à administrer et peut suffire à lui seul.

Il offre l’avantage de pouvoir moduler le régime « sans sel » et le rendre plus acceptable.
On pourra ainsi administrer un produit (par exemple clopamide, Brinédine, etc.) qui assurera la déplétion sodée nécessaire, et donner un apport de sel limité à 3 ou 4 g par jour.

Hypertension modérée

L’adjonction d’un seul autre antihypertenseur suffira.

On tiendra compte des effets secondaires qu’il peut engendrer.

Ce peut être : l’alpha-méthyl-dopa (Aldomet), ou un bête-bloquant (le pindolol [Visken] : 3 comprimés par jour, à 5 mg), ou la clonidine (Catapressan).

Hypertension sévère

Une association de plusieurs antihypertenseurs au diurétique est nécessaire. Par exemple :

Brinédie + méthyl – dopa (ou dihydralazine) + bêta-bloquant (Visken).

Le recours à d’autres produits (gangliophégiques, dérivés de guanéthidine) peut s’avérer nécessaire.

Poussée hypertensive

Repos au lit – sédatif – diurétique – et antihypertenseurs  par voie parentérale.

Hypertension labile des neurotoniques

Traitement bêta-bloquant seul.

Règles générales du traitement

  • ajuster les médicaments les uns avec les autres et éviter les associations commercialisées complexes
  • augmenter progressivement les doses (ne pas donner d’emblée la dose maximale) et le nombre de produits
  • adapter le traitement à chaque malade : on ne traite pas l’hypertension, mais l’hypertendu
  • nécessité d’un traitement prolongé, voire indéfini

Ajouter un commentaire